Beaucoup d’entre nous voient la perfection chez les autres : la magnifique danseuse qui réalise avec grâce et sans faux pas ses pirouettes sur scène, le professeur tant admiré, la voisine dont le vernis ne s’écaille jamais alors qu’elle élève ses enfants seule, le collègue qui semble tout comprendre plus vite que vous…

Pourtant, à force de se comparer sans cesse aux autres, on risque d’oublier ce que Don Miguel Ruiz, auteur des Quatre accords toltèques , démontre dans son ouvrage : vous êtes parfait. Voici pourquoi :

Premièrement, selon Don Miguel Ruiz, lorsque vous pensez que vous valez moins qu’une autre personne, vous déformez la réalité. Par exemple, quand vous voyez une chaise, vous pensez au mot « chaise ». Or, ce mot est une fabrication des humains, il ne relève pas de la réalité réelle, mais d’une réalité virtuelle. Mais le fait que vous voyez cette chaise est la réalité réelle. C’est pourquoi, si vous pensez que vous êtes laid, ou trop gros, sachez que les mots « laid » et « gros » sont des inventions des humains qui ne correspondent pas à la réalité réelle. Pensez-vous que vous vous trouviez laid ou gros quand vous étiez bébé ? A cette époque, vous ne connaissiez pas le langage, et « laid » et « gros » ne signifiaient rien pour vous. Les choses étaient comme elles étaient. Parfaites comme cela. Dès que vous avez appris le langage verbal, vous avez adopté des mots associés à des croyances qui vous on fait penser que vous n’étiez pas parfait, et vous avez créé votre réalité virtuelle. Pourtant, vous êtes parfait car vous êtes réel, et la réalité réelle est parfaite.

Deuxièmement, les croyances que vous avez adoptées sur vous-même et sur les autres relèvent de votre propre perception du monde. Votre voisin ou votre collègue n’aura pas la même perception que vous. Chacun s’est forgé sa propre vision du monde, c’est pourquoi les humains ne parviennent pas à s’entendre et créent des conflits, selon Don Miguel Ruiz. Par exemple, imaginez que vous sortez un jour de chez vous et que vous croisez un ancien ami dans la rue. Il vous voit mais ne vous salue même pas, ce qui provoque en vous la création d’un scénario : vous pensez que cet ami ne vous apprécie plus, voir qu’il vous en veut pour quelque chose, mais vous ne voyez pas quoi. Vous ressassez alors pendant des jours les moments passés vécus avec cet ami, mais vous ne voyez absolument pas ce que vous avez pu faire de mal. Or, ce que vous pensez être la vérité, c’est-à-dire que cet ex ami ne souhaite pas vous revoir, ne correspond qu’à votre perception du monde, à votre réalité virtuelle. Selon la perception de votre ex ami, vous êtes peut-être une personne qu’il n’a pas reconnue car il n’a pas la mémoire des visages, ou peut-être passait-il une mauvaise journée ce jour-là et lorsqu’il vous a croisé, il était trop absorbé par ses soucis pour prêter attention aux passants. Aucune inimitié là-dedans ! Alors, comme le dit Don Miguel Ruiz « ne faites pas de suppositions » et « n’en faites pas une affaire personnelle », pour ne pas laisser votre réalité virtuelle s’emparer de vous et vous contrôler.

Il est difficile de se persuader que l’on est parfait, et pourtant, ce qui est, est forcément parfait. Et vous êtes. Don Miguel Ruiz dit de faire toujours de son mieux, dans n’importe quelle circonstance, que ce soit dans le remplissage de votre déclaration d’impôts ou dans la préparation d’un repas pour les personnes que vous aimez. Alors, dans votre perception de la personne que vous êtes, c’est-à-dire une personne parfaite car relevant de la réalité réelle, là aussi, faites de votre mieux.

Et vous, pensez-vous, comme Don Miguel Ruiz, que nous sommes tous des êtres parfaits ? Laissez votre avis en commentaire !

Vous souhaitez être informé de la publication des nouveaux articles ? Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour vous procurer Les quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz : https://www.amazon.fr/quatre-accords-toltèques-liberté-personnelle/dp/2889116549

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *